Louise Lacoursiere | Écrivaine
25
home,page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-25,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background
Slide background

Plusieurs écrivains travaillent dans la solitude, mais ne sont pas pour autant solitaires. Et c’est mon cas! J’adore m’entretenir avec les lecteurs par le biais des salons du livre, des rencontres d’auteur dans les bibliothèques ou ailleurs, des causeries ou des conférences que l’on m’invite à prononcer dans le cadre d’un événement ou tout simplement lors de réunion d’un organisme ou d’un regroupement.

Entrer en contact avec les gens me procure du bonheur. Oui! Oui! Du bonheur! Je présume qu’il en est de même pour ceux qui participent à l’échange car, à maintes reprises,  lorsque j’ai l’occasion de partager ma passion de l’écriture, un miracle se produit: le public comme l’animatrice en ressortent dotés d’une énergie nouvelle, voire du désir de mener à terme leurs projets avec plus d’entrain.

Ma dernière publication…

L’Amérindienne vit désormais en dehors de moi. Peut-être que naîtront chez le lecteur des émotions et des scénarios que je n’ai même pas imaginés! Et c’est bien ainsi…

Des nouvelles !

Par le biais de Facebook, je me propose de vous entretenir de mes projets d’écriture et de mes rencontres avec vous, chères lectrices et chers lecteurs, aux quatre coins du Québec…

Au plaisir de se voir !

Pour connaître les villes et les villages où j’irai à votre rencontre, voyez la section «Agenda». Vous y trouverez également d’autres rendez-vous en lien avec mes activités!

Louise_signature-01

Tout au long de ma vie, j’ai côtoyé l’encre et le papier. Depuis 2002, je me consacre exclusivement à ma carrière d’écrivaine et à l’animation culturelle.

«Le personnage d’Anne dans La jeune fille au piano m’a émue par sa joie de vivre, sa curiosité, sa sensibilité. J’ai aimé “rencontrer” l’Institut Nazareth à travers les perceptions et les sensations de cette jeune fille aveugle. Louise Lacoursière nous présente un roman où la délicatesse  des sentiments, mais aussi la détermination et le courage d’une jeune femme s’unissent pour nous offrir un beau moment de lecture.»

Patricia Powers, chroniqueuse culturelle,

Chez nous le matin – Ici Radio-Canada Première

Les Dernières nouvelles !

Voici mes dernières nouvelles…
Suivez-moi dans la section nouvelles ou même sur ma page officielle Facebook.
X