Félix aurait eu 100 ans le 2 août 2014 - Louise Lacoursiere
540
post-template-default,single,single-post,postid-540,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Félix aurait eu 100 ans le 2 août 2014

Pour souligner le centième anniversaire de naissance de Félix Leclerc, la Société d’histoire et de généalogie de Shawinigan (SHGS) m’a invitée, jeudi dernier, à m’adresser à plusieurs dizaines de ses bénévoles. Sachant qu’en 2009 et 2010 Tourisme Haut-Saint-Maurice m’avait confié la rédaction des panneaux thématiques de trois centres d’interprétation situés au Parc de la petite rivière Bostonnais à La Tuque, incluant celui dédié à Félix Leclerc, on m’a demandé de livrer quelques informations inédites.

Pour soutenir mon propos, j’ai monté un diaporama dans lequel j’ai intégré des photos et des textes qui m’ont passionnée et qui ont semblé tout autant passionner mon auditoire. Il aurait été possible d’élaborer pendant des heures à partir de cette documentation! Je remercie Christian Lalancette des archives du Séminaire de Trois-Rivières qui m’a permis de découvrir un trésor.

Félix en Gaspésie, 1943Je crois bien que peu de personnes auparavant n’avaient vu Félix, à l’aube de ses trente ans, avec des lunettes. L’abbé Albert Tessier a immortalisé ce beau visage lors d’un voyage en Gaspésie, en 1943.

En plus de nombreuses photos, le dossier archivé contient la genèse d’Adagio, d’Allegro et d’Andante à travers une abondante correspondance entre le jeune dramaturge et poète et celui qui deviendra son mentor et son bienfaiteur, l’abbé Albert Tessier.

Voici un extrait d’une lettre de Félix Leclerc adressée à l’abbé Albert Tessier, datée de juin 1943, en provenance de Saint-Jovite. « Maintenant pour le titre, voilà ce que j’ai décidé – (nous avons eu la lumière ce matin, ma femme et moi; nous avons fait la trouvaille qui résume un peu ma vie). D’abord je dois vous dire que la majorité de ces œuvres sont venues au monde dans la musique. Combien de fois, un adagio symphonique, m’a inspiré la phrase qui me manquait – j’ai le précieux violon de ma sœur défunte, et une guitare qui m’a fait gagner ma vie, etc… Je dois beaucoup à la musique. Ceci dit, voilà mon plan – Le premier livre (celui que vous avez) s’intitulera Adagio, avec entre parenthèses : contes, comme dans l’illustration que nous avons ébauchée à la page suivante. »

Les bénévoles de la SHGS ont partagé avec enthousiasme mon bonheur de découvrir ce pan de notre histoire.

Grand merci à Mado, ma sœur-amie et aussi la secrétaire du c.a. de la société (SHGS), qui a pensé à suggérer ce sujet à ses collègues.



X