Sur les traces d'Anne Stillman - Louise Lacoursiere
557
post-template-default,single,single-post,postid-557,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Sur les traces d’Anne Stillman

Longtemps, j’ai rêvé être guide de voyage après ma carrière dans l’enseignement, mais l’écriture a pris toute la place. Et voilà qu’Anne Stillman McCormick (encore elle!!!!) m’offre cette occasion. Il y a quelques jours, j’ai joué le rôle de guide touristique entourée de cinquante-cinq membres de l’AREQ Chauveau dans une excursion intitulée « Sur les traces d’Anne Stillman ». Nous avons débuté notre voyage historique à Grandes-Piles où, bien entendu, il fut question de Jean J. Crête, maire de ce village pendant 40 ans, propriétaire d’une flotte de bateaux et employeur de plus de cinq mille hommes de chantier dans les années 1930, 1940 et 1950. Un arrêt devant l’Auberge le Bôme, l’ancienne demeure de Jean J. Crête, m’a permis d’expliquer pourquoi cet homme a été surnommé le « Roi de la Mauricie ».

Conduits par Larry, notre chauffeur hors pair, nous avons poursuivi notre périple sur la 155, l’une des plus belles routes de l’est du pays. Après avoir livré quelques particularités géographiques sur le majestueux Saint-Maurice, j’ai fait un brin de lecture afin que nos voyageurs voient ce même trajet à travers les yeux d’Anne Stillman. En effet, dans le tome 2, De New York à Grande-Anse, en 1925, Anne a remonté le Saint-Maurice jusqu’à Grande-Anse sur un des bateaux de Jean Crête.

Puis, ce fut l’arrivée au Domaine McCormick de Grande-Anse où nous fûmes accueillis par Claudie entourée de ses deux magnifiques fillettes, Laurence et Rose, et Alain, notre accompagnateur. Près de 60 % des visiteurs avaient lu la trilogie consacrée à mon héroïne. Une émotion palpable nous animait. Nous étions chez elle. De la maison « Lafontaine », nous nous sommes dirigés vers le « château » où, chance inouïe, nous nous sommes réunis dans le salon rouge. Les membres de l’AREQ de Chauveau présents ont eu une qualité d’écoute et une présence exceptionnelle, des questions tellement pertinentes et un intérêt qui m’a atteint droit au cœur.

Plaque AMcC

Après avoir déambulé près de la rivière, nous sommes allés nous recueillir au cimetière, nommé par la Société de toponymie du Québec « Le rocher Anne McCormick ». Ce cimetière ne compte qu’une urne, contenant les cendres d’Anne, emmurée dans une falaise de granit à environ trois mètres du sol. Une plaque commémorative recouvre la niche des restes de la « Reine de la Mauricie ».

De tous les domaines qu’Anne Stillman a eus de par le monde, Grande-Anse a toujours été son préféré. Décédée le 25 mai 1969 à Scottsdale, Arizona, ces dernières paroles ont été « Ramenez-moi au Canada ».

Merci aux membres de l’AREQ de Chauveau! Merci aux Jocelyne, Marie, Jacques, Sophie, Diane, Gaétane, Isabelle, Claudine, Catherine, Camille, Lisette, Claire, Daniel, Françoise, Ginette, Gisèle, Huguette, Jean-Guy, Louisette, Monique, Rachel, Jean-Pierre, Roselle et tous les autres! Cette visite au Domaine, au cimetière, puis au Parc des chutes de la Petite Rivière Bostonnais à l’entrée de La Tuque fut pour moi un moment inoubliable!



X