Louise Lacoursiere | Une rencontre inoubliable!
658
post-template-default,single,single-post,postid-658,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Une rencontre inoubliable!

Une rencontre inoubliable avec Joséphine Bacon, poète réputée

Voilà quelques semaines, alors que nous arrivions en même temps à l’aéroport de Montréal après le Salon du livre d’Amos, Joséphine Bacon, poète réputée, me demande d’aller la reconduire à une bouche de métro. J’accepte avec plaisir de la mener à son domicile. Chemin faisant, nous parlons de nos expériences respectives et je lui confie mon souci de mettre en évidence des personnages issus des Premières Nations dans mes romans. Après les Mohawks visités dans la trilogie sur Anne Stillman, ce fut les Abénakis, dans celle de La Saline. Le héros de l’une de mes prochaines publications, un jeune de Saint-Léon-le-Grand, participera à la construction du pont de Québec. Joséphine m’apprend que plusieurs Innus, appelés à l’époque Montagnais, avaient aussi travaillé à ce grand œuvre. D’avance, la poétesse a accepté de traduire dans sa langue quelques dialogues de mon futur manuscrit. «Ce ne sera publié que dans deux ou trois ans! Tu t’en souviendras?» lui demandais-je. «Ne t’inquiète pas. Comme la plupart des gens de mon peuple, j’ai une excellente mémoire! Est-ce dû à une longue pratique de la tradition orale?»

Merci d’avance, Joséphine!

baconJosephine-01


X