Lancement de La Jeune fille au piano - Louise Lacoursiere
718
post-template-default,single,single-post,postid-718,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Lancement de La Jeune fille au piano

LLA1_lancement_980x379-01

L’hiver dernier, le libraire André Poirier m’a proposé de faire le lancement de La Jeune fille au piano chez lui, parmi ses livres! J’ai accepté son invitation avec enthousiasme, d’autant qu’avec son personnel, je me sens toujours si bien accueillie! Cet été, Patricia Powers m’a offert une entrevue à cette occasion. Une entrevue avec Patricia? Toujours un agréable moment. Je sais qu’elle aura lu mon livre et, d’emblée, j’aime ses questions, souvent étonnantes, parfois embêtantes, mais toujours à propos.

 

Pendant des mois, les idées se sont transmutées en mots, en phrases, puis en chapitres pour devenir un tout que j’ai vérifié et modifié des semaines durant. Par la suite, Nadine, mon éditrice, et les correctrices de Libre Expression ont révisé, suggéré et corrigé, avec mon assentiment, bien entendu. Contrairement à bien des écrivains, cette période me plaît. L’humilité et le lâcher-prise se doivent d’être au rendez-vous.

LLA1_lancement_1200x900-01

Et voilà le jour J, le grand jour : le lancement! C’est fou, cet événement me rappelle immanquablement des noces avec ses retrouvailles, ses embrassades, la joie dans les regards, du bonheur, quoi!! Une grosse noce! Bien avant l’intervention de Patricia, une file s’est formée devant ma table. Des parents, des amis, des collègues, des gens que je connaissais de vue ou pas tenaient dans leurs bras, parfois contre leur cœur, un ou des exemplaires de La Jeune fille au piano. Un plaisir, que dis-je, une récompense m’attendait : écrire un mot manuscrit dans leur exemplaire.

Je l’affectionne particulièrement ce petit dernier. Pourquoi? Peut-être à cause de tous les petits gestes qu’a posés Anne Alarie, à tâtons, comme ceux de ma mère…

Le lancement de La Jeune fille au piano? Un moment inoubliable! Merci à Compagnon, à ma famille, à mes amis, à mes collègues et à mes lecteurs! Nous étions plus de 150 à écouter la touchante lecture de Marie-Claude Brasseur!! Et que dire de l’animation de Patricia Powers!!! Merci au libraire André Poirier et à toute son équipe!!!! Et un ÉNORME merci à Libre Expression, ma maison d’édition, qui sait si bien soutenir ses auteurs. Ce grand soir, elle était dignement représentée par ma relationniste, Marie-Josée Martel.

LLA1_lancement_868x524-01


X